Mondial-2018: l’Algérie défaite à domicile définitivement éliminée

L’Algérie a définitivement abandonné toute chance de se qualifier pour la Coupe du monde 2018, en s’inclinant 0-1 face à la Zambie, mardi soir à Constantine.

Avec un seul petit point, l’Algérie est bon dernier de son groupe B et ne plus rejoindre le Nigeria, actuel leader avec 10 points, alors que seul le premier de ce « groupe de la mort » se rendra en Russie.

Les chances algériennes de se qualifier pour une 3e Coupe du monde d’affilée étaient déjà infimes depuis la « défaite humiliante » (3-1) samedi à Lusaka face aux Zambiens, champions d’Afrique 2012 et les Algériens jouaient surtout pour sauver l’honneur.

L’Algérie avait participé aux deux dernières éditions en 2010 et 2014, année. Cette année-là, au Brésil, elle avait effectué le plus beau parcours de son histoire, en parvenant jusqu’en huitième de finale et s’inclinant contre l’Allemagne.

La Zambie garde elle une infime chance de se qualifier si elle bat le Nigeria chez lui le 7 octobre.

« Nous allons essayer de gagner pour notre fierté et pour nos supporters. C’est suffisant comme motivation », avait déclaré à la veille du match  sélectionneur des Fennecs, l’espagnol Lucas Alcaraz, arrivé en avril et qui se retrouve déjà sur la sellette.

Apparemment ça n’a pas suffi.

Durant une première période assez terne, les Algériens ont pourtant monopolisé le ballon et souvent joué devant les buts zambiens sans parvenir à se montrer réellement dangereux.

– Mahrez rate un penalty –

Les Chipolopolos, rigoureux en défense, résistaient aux assauts et lançaient quelques contre-attaques également stériles.

A la 15e, les Algériens gâchaient leur seule véritable occasion d’ouvrir le score: un penalty peu évident accordé à Youssef Atal, qui débordait sur la gauche et se laissait tomber dans la surface après un léger contact avec Fackson Kapumbu.

Mais le tir de Riyad Mahrez, en deux temps, sur la gauche du but, était repoussé par le gardien zambien Kennedy Mweene, parti du bon côté.

Le joueur de Leicester, premier africain élu joueur de l’année en Premier League, en 2015, avait été vivement critiqué en Algérie après avoir été autorisé à abandonner ses coéquipier à la veille du match de Lusaka pour se rendre en Europe en vue d’un transfert finalement avorté.

En début de 2e période, après un corner mal dégagé par la défense des Fennecs, Mulenga se retrouvait seul devant les buts d’Abdelkader Salhi, qui avait remplacé le capitaine Raïs Mbohli sorti sur blessure à la 21e mn, mais sa frappe à bout portant passait au-dessus.

Les Algériens se faisaient alors plus tranchants et multipliaient les occasions. En six minutes, Mweene sauvait trois fois son équipe.

D’abord à la 56e, en sortant juste devant les pieds de Faouzi Ghoulam seul dans la surface après une passe en profondeur de Brahimi, puis en bloquant un tir croisé de Brahimi servi par Ghoulam et en détournant une frappe de loin d’Adam Ounas.

– Daka le bourreau –

Deux minutes plus tard, le défenseur zambien Simon Silmwimba sauvait sur sa ligne un ballon détourné après un corner algérien.

Ce sont pourtant les Zambiens qui ouvraient le score dans la foulée. A la 66e, sur une relance en profondeur, Mulenga effaçait plusieurs Algériens, transmettait la balle à Daka qui seul devant le gardien des Fennecs, la poussait au fond des filets.

Trois minutes plus tard, Salhi empêchait par deux fois la Zambie de faire le break.

Les Algériens tentaient de revenir et s’offraient plusieurs occasions. A la 73e, sur un coup franc tiré par Goulam, une tête de Slimani, tout juste entré à la place de Brahimi frôlait le poteau zambien.

Au cours des six minutes de temps additionnel, les Algériens continuaient de pousser. Un coup franc rasant était à nouveau dévié par Mwenee, blessé depuis 10 mn et boîtant, mais pas sorti.

Rien n’y faisait et l’Algérie enregistrait sa première défaite à domicile depuis juin 2007.